ircar-formation Emploi & Métier,Formation Devenir accompagnant éducatif et social ou AES : les formations à suivre

Devenir accompagnant éducatif et social ou AES : les formations à suivre



L’accompagnant éducatif et social vient en aide aux personnes souffrant d’une maladie ou d’un manque d’autonomie. Il intervient régulièrement, voire quotidiennement, à domicile ou dans une structure spécifique comme une école ou une maison de retraite. Pour exercer ce métier, il convient de suivre un parcours spécifique.

La formation pour intégrer le corps des AES

Il existe des formations initiales qui enseignent le métier d’AES. L’accès à ces enseignements ne nécessite pas de diplôme spécifique, mais un concours est souvent organisé par les écoles. Les épreuves qui permettent d’intégrer ce métier se divisent en deux. Dans un premier temps, il y a l’épreuve écrite. Ensuite, le candidat doit passer l’oral avant son admission. Il s’en suit une formation de 12 à 24 mois à l’issue de laquelle est octroyé le Diplôme d’État d’Accompagnant éducatif et social ou DEAES. Pour les formations continues, une validation des acquis est octroyée à l’issue du parcours.

Les diplômes obtenus après la formation

On note trois sortes de professions dérivées de l’AES, à savoir l’aide médico-psychologique (AMP), l’auxiliaire de vie sociale et l’auxiliaire de vie scolaire. Le professionnel doit détenir un diplôme d’État afin d’exercer les deux premiers métiers. La troisième profession ne requiert pas de diplôme, mais certaines qualités acquises dans le milieu de l’enseignement en milieu scolaire sont demandées aux candidats. Après l’obtention d’un DEAMP et du DEAVS, l’apprenant doit obtenir son DEAES afin de maîtriser les tâches confiées à un AES. La formation qui permet de l’obtenir s’ouvre principalement sur l’élargissement de son champ d’intervention.

Dans quels milieux intervient l’AES ?

Le champ d’intervention d’un AES varie en fonction des personnes dont il s’occupe. À cet effet, il peut travailler dans établissements et services d’aide par le travail, ou bien dans une maison de retraite, dans un centre de réinsertion sociale ou encore dans un milieu d’accueil d’enfants. Il offre dans ce cas l’accompagnement nécessaire à ses patients en vue de simplifier et d’agrémenter leur vie quotidienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *